Toujours vivant

Par Steve Marier

L’acceptation avec un grand A…

9 commentaires

 

 

securedownload-1

 

 

 

 

 

 

 

L’acceptation avec un grand A… Mais qu’est ce que ça veut dire de vivre dans l’acception, et ce, même à travers les obstacles de la vie les plus difficiles comme la perte d’un proche ou celle de la maladie et des souffrances qui l’accompagnent ?

Accepter la vie comme elle vient : beaucoup plus facile à dire qu’à vivre.Et pourtant, c’est la seule façon d’être. Pour comprendre et vivre l’acceptation, il faut commencer par s’accepter soi-même. S’accepter jusqu’au plus profond de soi, en commençant à la source même de l’être, par la racine et jusqu’au bout des branches ! Avant de pouvoir envisager d’accepter ce que la vie nous impose de l’extérieur, il faut commencer par accepter ce qui se trouve à l’intérieur.Commencer par nous accepter à part entière pour qui nous sommes. Reconnaître chacune des cellules, tissus, os, muscles et organes de notre être exactement pour ce qu’ils sont : nous! Apprendre à accepter chacune des facettes de notre anatomie et aussi de notre personnalité. Arrêter de se juger en se comparant et réapprendre à s’aimer avec authenticité.

C’est seulement à travers l’amour que l’on peut choisir d’accepter son corps et ses « défauts », ou plutôt, ses « différences ».

Aujourd’hui, j’ai réappris à m’aimer complètement, à un point tel que malgré la maladie, la souffrance et les handicaps physiques, je n’échangerais aucune partie de mon corps et ce, pour rien au monde !

J’ai fait cette réalisation à travers un rêve très révélateur. Dans ce rêve, je suis hospitalisé pour subir une chirurgie de la hanche. À mon réveil, après l’opération en question, les médecins m’annoncent fièrement que pendant que j’étais sous anesthésie, ils en ont profité pour me transplanter un nouveau cœur (il faut dire ici qu’au moment de faire ce rêve, je vivais depuis deux ans avec mon diagnostic d’amiloïdose cardiaque, pour laquelle on m’avait condamné à mourir dans les 6 à 12 mois). J’étais extrêmement fâché et j’ai immédiatement demandé aux médecins que l’on me redonne mon cœur, mon cœur à moi! Celui qui bat pour moi depuis les tout débuts de ma vie dans le ventre de ma mère, avant même ma première respiration.

Depuis ce rêve, je ressens un amour inconditionnel pour mon cœur et mes organes. Pour moi c’est exactement comme si mon enfant ou un membre de ma famille était malade. Est-ce que j’échangerais mon enfant parce qu’il est malade? Au contraire, je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour le soigner, avec amour et compassion. Comment ne pas accepter ma condition physique quand je sais qu’il n’y a aucun ennemi en moi. Il n’y a aucun combat à me livrer intérieurement. Chacune des milliards de cellules dont je suis constitué m’aime inconditionnellement et veut seulement mon bien. Je choisi d’accepter ma vie en étant conscient que toutes les épreuves auxquelles je suis confronté restent éphémères. Je vie l’acceptation avec la croyance que je suis divinement guidé et protégé et que tout est parfait.

Je vis avec la certitude que l’univers tout entier veut mon bien, et ce, même avec tous ses obstacles. Parce que chacun des obstacles auquel j’ai dû faire face dans le passé s’est avéré, avec le temps, être un cadeau de la vie.

Derrière chaque situation à laquelle nous devons faire face se cache une leçon de vie.Accepter cela ne veut surtout pas dire baisser les bras ou être défaitiste.Au contraire, en choisissant d’accepter la maladie, ou peu importe ce à quoi nous devons faire face, nous dédramatisons et sortons de notre torpeur et c’est seulement à partir de là que nous pouvons voir qu’il existe une solution et passer à autre chose pour continuer à avancer.En choisissant jour après jour et à chaque instant d’accepter ma vie, je suis devenu invincible.

En acceptant ce que mon corps est aujourd’hui avec tous ses bobos, je me suis libéré. Je me suis libéré de la peur de l’inconnu, la peur de ce que la vie peut encore me réserver. Je me suis libéré de la peur de mourir pour enfin pouvoir vivre dans la confiance.En acceptant ma vie pour ce qu’elle est, j’ai compris et réalisé que peu importe ce que j’en pensais, j’allais quand même un jour mourir. Peut-être seulement dans 20 ans ou peut être d’ici demain. Le cadeau est que la mort est devenue mon alliée dans la vie de tous les jours. Elle me permet de rester en contact avec tout ce qui m’entoure et de vivre chaque instant au moment présent.

 

« La liberté extérieure ne nous sera octroyée que dans la mesure exacte où nous aurons su, à un moment donné, développé notre liberté intérieure. » Gandhi

 

Merci la vie.

Advertisements

9 avis sur « L’acceptation avec un grand A… »

  1. C’est très réconciliant, Merci Steve.
    Robert Ménard

  2. Belle leçon de vie Steve!
    Je pense à toi!
    Bonne journée!
    Clo

  3. Wow, beau texte très touchant. Cela nous fait réaliser que la vie peut être pas mal plus difficile pour certain et que nos petits problèmes ne sont rien à comparer ce que d’autres vivent. Bonne continuité. Éric

  4. Merci Steve, tes commentaires empreints de sagesse et de lumière sont toujours fort inspirants, ils incitent à la réflexion et diffusent l’espoir. Portes-toi bien.

  5. Merci Steeve de partager avec nous tes intégrations, ta maturité, ta foi, ton Amour…
    Tu es un être généreux.
    Je t’embrasse, kx

  6. Touchant et vraiment inspirant ! Merci Steve !

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s