Toujours vivant

Par Steve Marier

La goutte : La prévention et le traitement passent par une alimentation saine

211-121

 

 

 

La goutte : La prévention et le traitement passent par une alimentation saine

La goutte se manifeste par une inflammation et une douleur aigue au niveau des articulations. La qualité de l’alimentation influe considérablement sur son apparition.
Une alimentation riche en viande et bien arrosée de boissons alcoolisées déclenche ou aggrave la maladie. Un conseil donc : surveillez votre alimentation en ces temps de fêtes de fin d’année qui s’annoncent.

La goutte est un trouble du métabolisme dû à un déséquilibre entre la formation et l’élimination d’acide urique dans le corps.
Cette maladie peut apparaître toute seule ou, comme c’est souvent le cas, accompagnée de calculs biliaires, d’artériosclérose, d’hypertension artérielle, d’obésité, de psoriasis ou de diabète, tous connus sous l’étiquette de  » maladies de la civilisation « .
La goutte se manifeste par une inflammation et une douleur aigue au niveau des articulations. L’articulation la plus touchée est habituellement est la métatarso-phalangienne et donc la base du gros orteil, ensuite les autres articulations, tendons et les reins.
La goutte ou arthrite urique se présente sous forme d’attaques qui apparaissent en général après minuit. Elle frappe plus souvent les hommes adultes et les femmes ménopausées (en raison de l’effet hormonal).

Cause : accumulation d’acide urique
La goutte est due à une accumulation d’acide urique dans le sang. Si le taux de l’acide dépasse 6 mg par 100 ml de sang, des dépôts ou sédiments uriques se produisent dans les tissus et notamment dans les articulations, provoquant des douleurs abominables. Ces cristaux peuvent également se former dans les principaux organes du corps et y causer des dégâts considérables si bien que le désir d’éviter la douleur n’est pas la seule raison valable de maîtriser ce trouble grave.

D’où vient l’excès d’acide urique
En général, la goutte est héréditaire. Mais la qualité d’alimentation influe considérablement sur son apparition. L’alimentation riche en viande et bien arrosée de boissons alcoolisées déclenche et aggrave la maladie.
L’acide urique se forme dans notre organisme suivant plusieurs mécanismes dont le plus important est l’ingestion abondante d’aliments riches en acides nucléiques, c’est à dire des aliments avec une teneur en purines supérieure à 0,1 % (à éviter en cas de goutte) :
– tous les poissons et fruits de mers, à très peu d’exceptions;
– les viscères et entrailles (trippes, fers);
– les viandes rouges et leur bouillon;
– les légumes secs : haricots, lentilles.

Tous ces aliments, lors de leur métabolisation (utilisation par le corps) produisent de l’acide urique en excès, qui devient un déchet pour l’organisme. Ainsi, l’acide urique se forme donc dans l’organisme non pas à partir des protéines à proprement parlé, mais plutôt à partir des purines qui accompagnent un type spécial de protéines des aliments, nommées nucléoprotéines.
L’organisme peut lui-même produire l’acide urique en décomposant les cellules mortes qui doivent être remplacées.
Il y a lésion rénale quand l’acide urique est produit en excès, ou n’est pas éliminé à un rythme approprié par les reins. Quand son niveau augmente dans le sang, il y a hyperuricémie et l’acide urique se dépose dans différents tissus : genoux, coudes, hanches, poignets qui subissent des douleurs violentes (attaques de gouttes). Dans la forme grave, ces articulations douloureuses deviennent rigides, gonflées et souvent déformées.
L’ingestion de boissons alcooliques favorise aussi la formation d’acide urique.
TRAITEMENT DIETETIQUE DE LA GOUTTE
La consommation abusive de protéines animales et d’aliments acidifiants est à éviter.

Un régime adéquat, suivi à temps, peut inhiber la maladie et soulager les souffrances au moins dans les phases initiales.
Les aliments dont la consommation est recommandée aux personnes souffrant de goutte doivent remplir les deux conditions suivantes.

1)- Contenir peu de purines génératrices de l’acide urique. Il s’agit des aliments avec une teneur en purines inférieure à 0,3 % :
– tous les légumes et plantes potagères, sauf les épinards (0,072 %) : céleri, zom, folon, poireau, chou, poivron, concombre, basilic, persil, menthe, tomate, betterave rouge, pomme de terre;
– les fruits frais : avocat, ananas, banane, citron, orange, pamplemousse, mandarine, raisin, fraise, cerises mangue;
– les fruits secs : dattes;
– les céréales : riz, maïs, sorgho, mil. Elles remplissent cette première condition, mais pas la deuxième. En cas de goutte, ne pas consommer les céréales en abondance.

2)- Favoriser l’élimination de l’acide urique : les aliments alcalinisants accroissent l’élimination de l’acide urique à travers l’urine tandis que les acidifiants la rendent difficile.
Tous ces aliments alcalinisants favorisent la solubilité de l’acide urique dans l’urine et contribuent à son élimination. Les céréales contiennent peu de purines mais en revanche sont acidifiants. Or, l’acide urique se dissout et s’élimine mieux quand le sang et l’urine sont alcalins plutôt qu’acides.
Il faut par contre réduire ou éliminer les aliments suivants qui ont une teneur en purines supérieure à 0,1 % :
– tous les poissons et fruits de mer ; poissons gras ou bleus (sardines, anchois, hareng). Les poissons blancs ou maigres produisent moins de purines;
– tous les viscères, abats et entrailles : tripes, cervelle, reins, foie produisent le plus d’acide urique, à éviter si l’on souhaite suivre une alimentation saine;
– toutes les viandes rouges et leurs bouillons : viandes rouges, bovin, agneau, porc, chèvre, mouton, gibiers;
– tous les légumes secs : petits pois, soja, haricot rouge, lentilles;
– autres produits : boissons alcoolisées, boissons stimulantes, levure de bière, fructose, champignons, asperge.
La consommation abusive de protéines animales et d’aliments acidifiants (fromages secs, œufs, viandes, et poissons, fruits de mer) déclenchent et aggravent la maladie, ils doivent être évités.
LA GOUTTE ET LES PLANTES
Citron :
Cure de citrons à suivre pendant deux semaines : le premier jour, prendre le jus d’un citron dilué dans de l’eau 30 minutes avant le petit déjeuner. Puis chaque jour, prendre un jus de citron de plus jusqu’à sept jours. Et on diminue progressivement la dose de un citron par jour pour prendre un seul citron le dernier jour. Cette cure de citron est interdite aux enfants, personnes âgées ou les personnes souffrant d’insuffisance rénale ou d’anémie.
Ail :
Consommer cru.
Ortie :
Infusion d’ortie.
Oignon :

211-122

 

 

 

Consommer cru ou râpé et mélangé au miel.
L’oignon est déterminant dans la prise en charge de la goutte

Traitement physique de la goutte
– Cataplasme d’argile sur les zones affectées;
– Compresses chaudes sur les articulations affectées : y appliquer les feuilles de chou chauffées.

Prévention
– Pratiquer régulièrement la cure dépurative;
– Faire bouillir une poignée de persil, céleri et oignon dans 1 litre d’eau. Boire cette préparation dans la journée à la place de l’eau.
– Avoir une alimentation saine.

Catherine Djite
Sources :
1)- Guide des aliments et de leur pouvoir curatif, Georges D. PAMPLONA ROGER
2)- Santé par la nature, Dr ERNST SCHNEIDER
3)- Le pouvoir des plantes, JAMES A DURE

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s